La porte-parole du Bloc critique la gestion des pêches

La députée de la Côte-Nord Marilène Gill dénonce l’inaction
du gouvernement fédéral dans le dossier des pêches
commerciales. Elle estime qu’en diminuant de façon aussi
importante les quotas de crevettes, Pêches et Océans Canada a
une responsabilité morale envers les travailleurs victimes de la
fermeture de l’usine Les Crustacés de Gaspé, par exemple.

Marilène Gill est porte-parole du Bloc Québécois en matière de
pêcherie. Elle croit que le gouvernement libéral n’a pas trouvé
de façons de protéger à la fois la ressource et les travailleurs de
l’industrie de la crevette.

La députée bloquiste dénonce aussi d’autres mesures
restrictives du gouvernement qui ont des impacts négatifs sur
l’industrie de la pêche. Elle déplore la création de refuge marin
où les pêches commerciales sont interdites et les mesures de
protection des baleines noires, qui imposent aux pêcheurs une
trêve de 15 jours d’activités.

Collaboration de Jean St-Pierre