COVID-19 : Le Bas-Saint-Laurent passe au jaune, en mode « préalerte »

Le docteur Sylvain Leduc, directeur régional de la santé publique au Bas-Saint-Laurent.

C’est en fin de journée hier lors d’une conférence de presse que la direction de la santé publique du Bas-Saint-Laurent a annoncé que le palier d’alerte régionale est rehaussé au niveau préalerte (jaune), signifiant qu’une augmentation des mesures est en branle.

« On s’attendait pas mal à cette annonce, et c’est pourquoi nous sommes en mouvement depuis jeudi. Ai-je besoin de répéter que nous avons vraiment besoin de tout le monde pour éviter que la situation se dégrade davantage », avance le directeur régional de la santé publique Sylvain Leduc. « Et maintenant, nous sommes plus près du orange que du vert, alors il est important de donner un coup de barre dans les prochains jours. »

Au cours de la dernière semaine, le nombre de cas a plus que doublé au Bas-Saint-Laurent, pour un nombre total de 212 cas annoncé ce midi dont 133 cas actifs. La direction de la santé publique a également noté un important relâchement des mesures sanitaires dans la région, notamment à ce qui a trait à des rassemblements privés. 

« Je ne le répéterai jamais trop, le virus circule, il poursuit sa progression, plus particulièrement auprès des jeunes du territoire, et il est extrêmement contagieux. C’est une course contre la montre et il est temps de se ressaisir collectivement », soutient le Dr Sylvain Leduc.

Ayant anticipé la progression rapide du virus et voyant l’évolution de la situation, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a mis en place des mesures additionnelles au sein de ses propres installations et de celles de ses partenaires. Ces mesures comportent une surveillance accrue des symptômes des visiteurs, employés et résidents, une mise en alerte des équipes de prévention et de contrôle des infections et des appels à la vigilance auprès des ressources d’hébergement du territoire. 

« Dès que nous avons constaté que la situation se dégradait dans l’ouest du territoire, nous avons pris action pour prémunir nos milieux de soins et les milieux d’hébergement des usagers vulnérables afin d’éviter que le virus y fasse son chemin », explique le docteur Leduc. « La situation s’est détériorée rapidement. Aujourd’hui, nous nous réveillons brutalement, une semaine après le moment où nous avions le meilleur bilan au Québec. Trop de mauvaises habitudes ont été prises cet été, dans un contexte où nous sommes toujours en pandémie. »

Selon les dires du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le système d’alertes régionales vise à limiter les impacts sanitaires, sociaux et économiques de la COVID-19, à protéger les personnes les plus vulnérables et à éviter de surcharger le système de soins. Au cours de la prochaine semaine, un passage au code orange est possible, alors que les critères prenant compte de l’épidémiologie, de la contagiosité et des hospitalisations étaient en partie remplis.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="19426" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]