Éphémérides 18 mars : Matane veut un pont en fer

Le pont en fer remplaçait celui en bois. Archives SHGM

En 1918, le village de Saint-Jérôme de Matane adopte le règlement no 66 qui sera amendé le 25 mars pour financer la construction du pont métallique.
À l’été, il y a préparation des poutres de fer par la firme de Montréal Phoenix Bridge & Iron Work Ltd. Elles seront livrées par train. Le pont remplace celui en bois emporté par les eaux.
La firme H.-A. Honorius Morin de Trois-Pistoles est chargée de sa construction. Le pont mesure 246 pieds de long, 19 pieds de large et 14 pieds de haut. Il peut supporter une charge de 15 tonnes. Il coûta environ 21 000 $.
Pont Bergeron
Le choix du nom (pont Bergeron) ne faisait cependant pas l’unanimité. Certains voulaient que celui-ci porte le nom du docteur J.-Arthur Bergeron et d’autres voulaient que le nom de Wilfrid Laurier soit adopté.
C’est ainsi qu’à la suite d’une réunion du conseil municipal un vote décidait que le nom de pont Bergeron serait utilisé. On a même volé les affiches à L’entrée de chaque côté du pont Bergeron.
Il sera mis en service en 1919. En 1959, l’actuel pont en béton qui le remplace est nommé le pont Paul-Sauvé en l’honneur du premier ministre. Il renommé par la suite pont Marie-Marsolais.

En 1884, érection canonique par Mgr Jean Langevin de la paroisse de Saint-Damase.

En 1952, la localité de Saint-Adelme est reliée au service de l’électricité par la Compagnie de pouvoir du Bas-St-Laurent.

En 2008, un rapport de l’Institut national de recherche scientifique sur l’environnement et les municipalités classe Matane au dernier rang des 38 grandes villes québécoises quant au nombre d’espaces verts.

En 2012, le dégel hâtif causé par des températures record pendant six jours force la fermeture des sentiers de motoneige dans le Bas-Saint-Laurent cinq semaines plus tôt que la normale.