Éphémérides 19 mars : naissance du futur maire et député J.-Arthur Bergeron

Le Dr J.-Arthur Bergeron. Archives SHGM

En 1880, J.-Arthur Bergeron naît dans la paroisse Saint-Roch de Québec, de l’union d’Emmanuel Bergeron, forgeron, et de Mathilde Bilodeau. Il a exercé la double fonction de maire de Matane et de député pendant près de dix ans.

Le 25 octobre 1904 à Sainte-Pétronille, à l’Île d’Orléans, il se marie avec Régine-Clémentia Gourdeau. Le couple s’installe à Matane et fait l’acquisition, en 1908, d’une résidence située à l’intersection de la rue Saint-Christophe et de l’avenue Saint-Jérôme. Une station-service Irving a occupé le site pendant plusieurs années, après que la maison fut déplacée sur la partie arrière du terrain.

Premier député à résider ici

Dans l’histoire politique du comté de Matane, J.-Arthur Bergeron est le premier député, à résider à Matane, le chef-lieu du comté. Il s’y installe à Matane dès 1904 et y vit jusqu’à son décès en 1937, à peine un an après la fin de sa carrière politique.

L’implication politique de J.-Arthur Bergeron débute en 1917 quand il est élu à la mairie de Matane. Il occupe le poste jusqu’en 1936 sauf pendant les années 1922, 1923 et 1924.

Dès son entrée en fonction, le maire Bergeron s’applique à doter municipalité d’infrastructures modernes comme un nouveau pont en fer et un système d’aqueduc. L’amélioration des réseaux électrique et téléphonique le préoccupe.

En 1920, le couvent Bon-Pasteur aura cinquante pensionnaires; nombre record jusqu’à ce jour.

En 1945, règlement # 188 pour porter à trois ans les mandats de maire et conseillers.

En 1990, au quai de Kamouraska, la dernière goélette du Bas-Saint-Laurent, la Monica L, est démolie en dépit du fait qu’elle a été reconnue «bien culturel » en 1979- par le ministre Denis Vaugeois.