Éphémérides 2 mars : pêche interdite sur le pont en bois

Le pont de bois enjambant la rivière Matane. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane
Le pont de bois avec le moulin à farine à l’arrière en 1906. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane

En 1908, la municipalité de Saint-Jérôme de Matane adopte règlement pour interdire la pêche sur le pont en bois sous peine d’amende de 20 $.
À Matane, la construction d’un premier pont enjambant la rivière a commencé vers 1848 et est terminée pour l’ouverture du chemin du roi en 1850. Il avait 15 pieds de large.
Remplacé plusieurs fois
En 1879, ce pont en bois est emporté et reconstruit en 1880. En décembre 1897, il est emporté de nouveau et reconstruit au même endroit d’après les plans et spécifications de Joseph-Élie Généreux. Il durera jusqu’à la construction du pont en fer appelé Bergeron en 1918.
En 1959, le nouveau pont de béton, d’abord appelé Sauvé et aujourd’hui Marie-Marsolet, est ouvert à la circulation au centre-ville. En 2020, le ministre des Transports a renforcé sa structure.

En 1903, remise en force du règlement antérieur sur la prohibition de vente de l’alcool par quantité moindre que 3 demiards à la fois moyennant permis annuel de 50 $ pour le vendeur.


En 1936, protestation contre le trajet proposé de la Transcanadienne passant par Edmundston et appui au trajet Rimouski-Amqui-Matapédia-New-Brunswick.

En 1942, prêt au Cercle de Fermières d’un local au 2e étage de l’hôtel de ville. – Production à la Commission de l’assurance-chômage d’une liste des employés permanents de la Ville : Ernest Mercier, secrétaire-trésorier, Pierre Thibault, contremaître de l’aqueduc, Franck Murray, contremaître des chemins, Borromée Dion, constable, Jeannette Piuze, commis. – Date des élections municipales fixée au 1er avril.

En 1912, naissance du soldat Wilfrid Bernier, matricule: E/10631, du Régiment de la Chaudière décède le 8 juin 1944. Matricule: E/10631. Fils d’Elzéar et d’Hélène Fournier, de Matane. Lieu de sépulture : Bény-sur-Mer, en France.

En 1951, à la suite du décès de Mgr Georges Courchesne, Mgr Charles-Eugène Parent devient le deuxième archevêque du diocèse de Rimouski.

En 1960, permis de taxi à Arthur Marquis pour ouverture d’un poste de taxis à la « station de gazoline » (sic) situé près de la Banque Provinciale, le chauffeur étant Georges-Henri Dion. – Renouvellement du permis de salle de billard à Marius Bérubé sur la rue Saint-Christophe et à Germain Gagné sur la rue Saint-Pierre.

En 1978, le fondateur d’opération Dignité-I, l’abbé Charles Banville, lance son livre intitulé Les Opérations Dignité.

En 1981, deux semaines après l’annonce par Québec du retrait du projet de papeterie, le Ralliement populaire pour la papeterie dans la vallée de la Matapédia se saborde.