Éphémérides 26 février : l’église de Petit-Matane rasée par les flammes

La trentaine de pompiers ont réussi à sauver les édifices environnants. Photo Studio Victor Sirois

Au plus fort de l’incendie de l’église de Petit-Matane. Photo Studio Victor Sirois

En 1961, un incendie détruit la première église de Petit-Matane, construite en 1931. Attribuable au système de chauffage, il jette la consternation dans le village.

Le curé Oscar Fortin, qui y entrait pour réciter son bréviaire, a découvert les flammes vers 3 h 30. Il a vu de la fumée dans la sacristie et le sous-sol.

Presbytère, salle paroissiale et maisons du voisinage épargnés

Appelés vers 4 h 15, les pompiers de Matane sont arrivés vers 4 h 45, le temps de faire déblayer la route d’un banc de neige à Poncheville.

Faute d’aqueduc, ils sont allés pendre l’eau à 1 500 pieds dans la rivière recouverte de trois au quatre pieds de glace. Et ils ont dû combattre les flammes attisées par des vents de 40 à 50 milles à l’heure.

Dirigés par le chef J.-Auguste Laforest, ils ont réussi à sauver le presbytère et la salle paroissiale et les maisons du voisinage.

En 1917, construction par la compagnie Roy d’une scierie plus grosse à Saint-Ulric. Mue par la vapeur grâce deux machines de 100 forces chacune, accouplées sur un même arbre de transmission. Après un incendie en 1923, elle est reconstruite, mais la crise économique lui fait mal. Dissoute en 1926. la compagnie est remplacée par celle de Jos Dufour de Saint-Moïse, puis vendue en 1928 à Gagnon et Frères de Matane.

En 1906, le règlement pour la construction du chemin de fer entre Mont-Joli et Matane est approuvé par les électeurs du village de St-Jérôme de Matane.