Éphémérides 4 mars : dans les débuts du traitement de la crevette

L'entrepôt frigorifique sur la rue Saint-Pierre, en 1969. Collection La Voix gaspésienne, Archives SHGM

En 1968, il y a accord de principe de la Ville de Matane pour mettre l’entrepôt frigorifique de la rue Saint-Pierre à la disposition de Can-Nor Sea Foods qui crée 75 emplois.

En 1970, la compagnie adopte le nom Les Fruits de Mer de l’Est du Québec. En 1978, elle entreprend la construction d’une nouvelle usine pour à Matane-sur-Mer.

Depuis plus de cinquante ans, l’usine de traitement de la crevette Les Fruits de mer de l’Est du Québec a fait la renommée de Matane de par le monde. D’où ce nom de crevette de Matane en référence à la crevette nordique.

Installée au port, l’usine traite la pandalus borealis, à partir du déchargement des bateaux, de la transformation, de la cuisson et du décorticage, jusqu’au produit fini, frais ou congelé.

En 1901, James Russell et J.-Étienne Gagnon sont autorisés à faire partie de la délégation envoyée à Ottawa aux frais du conseil municipal pour la requête du chemin de fer.

En 1918, Les Produits Vétérinaires Nicolle voient le jour.

En 1934, à Sainte-Félicité, les marguilliers autorisent la construction d’une salle paroissiale en bois, à un étage, d’une grandeur de 70 pieds sur 40.

En 1946, démission de Borromée Dion comme constable et engagement de J.-Auguste Laforest pour lui succéder.

En 1955, décès de J-Alfred Rouleau, maire de Matane de 1939 à 1941. Père du chanteur lyrique international Joseph Rouleau.

En 1957, requête au ministre des Postes du Canada pour l’organisation d’un service de facteurs à Matane puisqu’on y compte plus de 10 000 âmes. – Protestation contre la décision de scierie Price Brothers de transporter à la municipalité de Price le bois à scier à Matane.

Cession pour 1 $ des terrains nécessaires au prolongement ou à la construction des rues Bernier, Boucher, du Bosquet, Caouette, Champlain, Côté, Courtemanche, des Dominicaines, Lévesque, Notre-Dame, des Remparts, de Riverin, Saint-Antoine, Saint-Émile, Saint-Joseph, Saint-Michel, Saint-Raymond, Saint-Robert, Sainte-Thérèse, Saint-Viateur, Saint-Zénon, Simard, des Ursulines, du Vallon ainsi que des avenues Jacques-Cartier et Saint-Rédempteur ; les donateurs de terrains sont Walter Bélanger, Charles Bouffard, Gérard Bouffard, Georgiana Bouffard, Émile Côté, Raymond Desrosiers, Ernest Durette, Antoine Fortin, Wilfrid Gagnon, Michel Philibert et Robert Philibert.

– Requête au gouvernement fédéral pour le prolongement vers l’ouest de la piste actuelle de l’aéroport sur une distance de 3 000 pieds et pour sa réduction de 2000 pieds à l’est pour en améliorer le « clearing » (les approches) – pour le pavage de la piste actuelle et de la seconde en voie de construction – pour l’installation d’un éclairage propice au vol de nuit – pour la construction d’une aérogare.

En 1962, première messe célébrée dans la nouvelle église de Saint-Victor de Matane.

En 1971, le Bas-Saint-Laurent est paralysé par une tempête de neige particulièrement violente qui lui a valu le surnom de « tempête du siècle ».