Éphémérides 6 mars : la cheminée de l’ancienne scierie Price tombe

Tous les déchets de la scierie y étaient consumés. Collection La Voix gaspésienne, Archives SHGM

Il a fallu une cinquantaine de bâtons de dynamite pour jeter la cheminée par terre. Collection La Voix gaspésienne, Archives SHGM

En 1967, la cheminée de l’ancienne scierie Price fermée en octobre 1958 est tombée à 17 h 43. C’était la dernière étape avant sa démolition.

Il a fallu s’y prendre par trois fois et utiliser une cinquantaine de bâtons de dynamite pour faire basculer cette tour de 125 pieds située sur l’actuel stationnement municipal près de l’hôtel de ville de Matane.

En cessant définitivement ses opérations de sciage à Matane, la compagnie Price marquait un chapitre final à une histoire vieille de près de cent ans.

Trois essais pour en venir à bout

Le premier essai vers 15 h avec 24 bâtons de dynamite n’a pas fait bouger la cheminée. Le deuxième essai avec un moins de dynamite l’a fait pencher, mais elle est restée debout. Au troisième, elle est demeurée en place 10 secondes, puis elle est tombée et s’est éventrée en touchant terre.

Plusieurs centaines de curieux ont assisté à l’opération. La police municipale avait ceinturé tout l’emplacement de la scierie et en avait fermé les accès à la circulation. 

En 1860, installation du chemin de croix de l’église Saint-Jérôme.

En 1876, le conseiller Dr Jean-Pierre Pelletier a proposé et fait adopter le règlement que toutes personnes qui déposera dans le chemin public de cette municipalité des saletés, eaux sales, ordures, poissons et tout ce qui peut affecter la santé par l’odeur de la peste seront passibles d’une amende. Il s’agit sans doute de la toute première mesure de protection de l’environnement à Matane.

En 1918, décès du capitaine Paul-Émile Côté, récipiendaire lacroix militaire. Matricule : 119280, 22° Bataillon. Né le 2 février 1894 à Cap-Chat, il est le fils d’Émile et de Malvina Roy de Cap-Chat. Lieu de sépulture : Pas-de-Calais, en France.

En 1931, nomination de Thomas Gendreau comme percepteur de la taxe d’amusement.

En 1933, le conseil réclame à nouveau de la Commission provinciale du chômage une contribution financière de 29 000 $ pour les mois de mars et avril.

En 1939, appui à l’instauration du service d’autobus Matane-Amqui. – Annonce d’un octroi de 3 000 $ du gouvernement pour venir en aide aux chômeurs.

En 1944, dénomination de la rue Saint-Charles entre le palais de justice et le bureau de poste.

En 1960, à l’occasion de la Semaine de l’éducation, l’évêque de Rimouski, Mgr Charles-Eugène Parent, fait une mise en garde aux parents contre les fréquentations prématurées, les tenues vestimentaires débraillées et les mauvaises lectures.

En 1961, appui à la traverse Matane-Godbout auprès de la Régie des Services publics pour l’extension du service de traversier à Baie-Comeau. – Don de 75 $ à la Patrouille de ski alpin Mont-Castor dont le chef est Maurice Caron.

En 1969, ouverture officielle du magasin Western, propriété d’Alphonse Pelletier, ancien poste de garage Jos Otis et de la Vulcanisation de Matane. La Vulcanisation de Matane est maintenant exploitée par Raymond Forbes, agent de la bière Dow, dans le garage Armand Forbes, au coin des avenues Saint-Jérôme et Fraser. Déménagé à Matane-sur-Mer en 1976.