Éphémérides du 10 novembre : inauguration de l’actuel phare de Matane en 1907

L’ancien et le tout nouveau phare en alors en construction en 1906-1907. Archives Société d’histoire et généalogie de Matane

Le 10 novembre 1907, il y a inauguration du nouveau phare de Matane dont le début de la construction remonte à 1906 par la Steel Concrete Compagny. Lors de sa mise en service, le feu du vieux phare est éteint.

Les anciennes installations ne seront pas démolies immédiatement. Elles serviront encore pendant quelques années de résidence au gardien et à sa famille.

En 1910, le gouvernement fédéral accorde un contrat à A. Vézina de 4 570,21$ pour la construction d’une habitation en bois pour le gardien.

Les installations seront abandonnées le 21 juin 1951 alors que le ministère des Transports aménage un système d’éclairage sur le brise-lames, lequel ne requiert plus la présence permanente d’un gardien et, par conséquent, tout l’équipement du phare.

Un choix judicieux : le béton armé

Située sur la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent à l’ouest de Matane, le phare est surmonté d’une lanterne vitrée, elle-même chapeautée d’une coupole en acier avec girouette. Au sommet, une galerie en béton mesurant 30 pouces de largeur ceinture la lanterne.

Ce phare est l’un des rares exemplaires ayant une forme complètement cylindrique d’une hauteur de 67 pieds et en bon état.

Ce n’est qu’en 1906 que le ministère de la Marine et des Pêcheries commence à utiliser le béton armé pour la construction des phares, dont celui de Matane.

L’utilisation du béton armé comme principal matériau s’avère un choix judicieux puisque ce nouveau matériau affiche déjà les qualités de solidité, de durabilité et de faible entretien.

En béton armé de forme cylindrique, le phare a une hauteur de 67 pieds. Vers 1915 et avant l’érosion des berges, il présente cet aspect. Archives Société d’histoire et généalogie de Matane

Autres éphémérides

Le 10 novembre 1935, les premières familles de colons arrivent au futur village de Saint-Nil, près de Saint-René.

Le 10 novembre 1946, le curé Pierre Sirois de Sainte-Félicité bénit le couvent, immeuble de quatre salles de classe dirigé par les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire. Les fondatrices sont : soeur François de Borgia, supérieure, soeurs Sainte-Ursule et Sainte-Clémence, secondées par deux institutrices laïques, Colette et Gertrude Michaud de Saint-Ulric.

Le 10 novembre 1977, ouverture du magasin Dalfen’s sur l’avenue Saint-Jérôme à Matane.

Le 10 novembre 1986, parce que l’entreprise s’apprête à faire des profits trop importants, la Régie des services publics du Québec ordonne à la compagnie rimouskoise Québec-Téléphone de rembourser 18 M $ à ses abonnés.

Le 10 novembre 1993, menacée de fermeture en septembre, l’usine de fabrication de sous-vêtements Canadellesur l’avenue Saint-Jérôme à Matane emploie depuis trois semaines 120 couturières après avoir vu leur nombre chuter à moins de 60 en août.

Le 10 novembre 1996, dans une salle remplie à pleine capacité, Lawrence Gowan offre une excellente prestation solo, au BillBard de Matane.

Le 10 novembre 1996, la municipalité de Baie-des-Sables érige un immeuble de 3 600 pieds carrés pour loger la caserne de pompiers et les équipements pour l‘entretien des routes.

Le 10 novembre 1997, aux caisses populaires Desjardins de Matane, les membres doivent maintenant effectuer les dépôts, retraits, virements et autres transactions courantes au comptoir à l’aide de leur carte multiservices Desjardins, c’est-à-dire leur carte de guichet automatique. Tout étant informatisé, il n’y a plus de bordereau à compléter.

Le 10 novembre 1999, le propriétaire de l’usine de couture Vêtements B.D.,  Benoît Desjardins, vient de donner le coup d’envoi des travaux de construction de sa nouvelle usine sur le boulevard Dion. Évaluée à 315 000 $ avec les nouveaux équipements, elle doit être livrée pour le 17 décembre.

Le 10 novembre 2000, la Fondation Claude-Picher présente une exposition rétrospective des œuvres de l’artiste peintre matanaise Thérèse Lapointe Desrosiers, en fait ses « petits paradis terrestres », du 9 novembre au 22 décembre, dans la salle multifonctionnelle et d’animation du Complexe culturel.

L’artiste peintre matanaise Thérèse Lapointe Desrosiers, avec des membres de sa famille et et des proches. Photo : Romain Pelletier

Le 10 novembre 2001, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) remet un doctorat honorifique au chanteur d’opéra matanais Joseph Rouleau.

La basse de réputation mondiale Joseph Rouleau, originaire de Matane. Photo : Romain Pelletier

Le 10 novembre 2006, la peintre matanaise Roselle Blouin montre la murale qu’elle a réalisée sur deux portes à l’intérieur du Foyer d’accueil.

Le 10 novembre 2017, 15e Moules et Blues au profit de Centraide Bas-Saint-Laurent, lors d’un  5 à 7 à l’autel Riôtel de Matane.

Le 10 novembre 2017, assermentation du maire Jérôme Landry et des autres membres du conseil municipal de Matane à la salle civique de l’hôtel de ville.

Le nouveau maire de Matane, Jérôme Landry. Photo : Romain Pelletier