Éphémérides du 15 septembre : le meurtrier d’André Carrier est toujours au large en 1982

Les policiers sont demeurés sur les lieux du drame toute la journée du lendemain, vendredi. Photo : Collection Romain Pelletier

Le 15 septembre 1982, la police poursuit toujours ses recherches pour capturer l’homme qui a abattu, le jeudi 9 septembre à 22 h 30, à la suite d’un vol à main armée, M. André Carrier, 36 ans, le copropriétaire du marché d’alimentation Provigo, sur l’avenue Phare-Est à Matane.

Le sergent-détective Jean-Guy Gauthier de la Sûreté municipale et le l’agent Dominique Amyot du bureau des enquêtes criminelles de la Sûreté du Québec, détachement de Rimouski, mènent l’enquête.

M. Carrier a été tué après avoir pris en chasse le voleur des recettes de la journée, soit quelque 15 000 $, à l’extérieur du commerce. Il était alors avec son frère, Georges. L’auteur du vol les avait sommés de jeter leurs sacs contenant l’argent par terre avant de s’enfuir.

Mince description

Les enquêteurs ont une très mince description de l’auteur de ce « hold-up », suivi d’un meurtre. Le soir même, les policiers ont remué ciel et terre pour le retracer, sans résultat.

Le lendemain, à l’aide d’un chien Berger allemand, Fritz, ils ont retrouvé l’arme, un revolver de calibre .38, ainsi qu’une cagoule, en fait une manche de chandail avec des trous pour les yeux et la bouche.

Le chien Berger allemand, Fritz, a été d’une aide précieuse pour retrouver l’arme et le semblant de cagoule. Photo : Collection Romain Pelletier

Éphémérides

Le 15 septembre 1889, Eugénie Morency, institutrice, est engagée par la fabrique de Sainte-Félicité au salaire de 20 $ par année comme organiste pour les offices divins.

Le 15 septembre 1934, incendie à la scierie Price. L’entreprise emploie alors une centaine de travailleurs à la scierie dans les cours à bois et sur les quais, alors que quelque 600 travailleurs forestiers s’activaient dans l’arrière-pays. Rapidement reconstruite et agrandie en 1940.

Le 15 septembre 1939, première réunion de l’Harmonie de Matane.

Le 15 septembre 1944, Ida Hardy est la maîtresse de poste au bureau d’Anse-aux-Méchins. Elle le sera jusqu’au 31 mars 1952.

Le 15 septembre 1945, fondation de la Caisse populaire de Sainte-Paule.

Le 15 septembre 1948, établissement de l’École des arts et métiers sous le contrôle du ministère de la Jeunesse, dont le directeur est François Vient.

Le 15 septembre 1955, établissement de l’École Gagnon, selon « L’étoile » le journal de la Chambre de commerce Senior Matane.

Le 15 septembre 1955, l’édition du journal « La Voix de Matane » rapporte qu’un adolescent de 14 ans, Gustave Blouin, de Saint-Luc de Matane meurt électrocuté, le 12 septembre, en grimpant un poteau avec un transformateur au sommet. La publication souligne aussi le décès du marchand J.-Arthur Fradette, le 10 septembre, à 67 ans et 11 mois. Depuis 50 ans, son commerce de gros et de détail sur la rue Saint-Pierre à Matane n’a cessé de progresser. Par ailleurs, quatre prêtres du diocèse sont élevés au canonicat. Parmi eux : le directeur de l’École de marine, Antoine Gagnon et l’abbé Zénon Soucy, curé fondateur de la paroisse Saint-Rédempteur de Matane. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane

Le 15 septembre 1956, l’entrepreneur général Georges Dubé limitée se lance en affaires, selon « L’étoile » le journal de la Chambre de commerce Senior de Matane.

Le 15 septembre 1972, présentation officielle du plan directeur des loisirs de la Ville de Matane. D’abord confié par le ministère de l’Éducation à la firme Urbec de Montréal le 25 février 1972 au coût de 25 000 $. À cela s’ajoute la consultation populaire de 40 000 $ payée par le Gouvernement du Québec. Plan préliminaire présenté le 5 mai 1972.

Le 15 septembre 1974, vente de tous les biens de la Fabrique de Saint-Nil. Celle de Saint-René achète les bancs de l’église. Antoine Lavoie achète l’église. Mais, au début de la démolition, elle est incendiée par une main criminelle comme plusieurs maisons le sont. Bertrand Dancause achète le presbytère et le déménage à la rivière Matane, près de la sortie du rang X et XI.

Le 15 septembre 1982, le journal « La Voix gaspésienne » indique en première page que l’huissier de la cour provinciale, Hugues Côté, s’est présenté le 13 septembre à l’hôtel de ville et qu’il a mis sous saisie un souffleur à neige de marque Sicard. Il sera vendu le 24 septembre. À moins que la Ville paie à M. Victor St-Louis la somme de 13 128 $ à la suite d’un jugement de la cour supérieure en sa faveur pour un morceau de terrain exproprié.

Le 15 septembre 1993, restauration en cours de la croix au cimetière de Sainte-Félicité.

Le 15 septembre 1993, construction en cours du nouveau poste d’Hydro-Québec dans le parc industriel de Matane.

Le 15 septembre 2001, le journal « La Voix gaspésienne » souligne que depuis 2001, la « petite fille de Matane » et gouvernante, Valérie Géhu, 24 ans, partage le quotidien d’une des plus grandes vedettes de la planète. Céline Dion lui a confié le soin de rendre sa vie la plus agréable possible, bref de la dorloter. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane
Le 15 septembre 2010, le WiFi gratuit est de plus en plus courant dans les endroits publics comme à’Escale des gourmets aux Galeries du Vieux-Port et au restaurant A&W. Photo : Collection Romain Pelletier