Éphémérides du 18 avril : le tout nouveau traversier « F.-A.-Gauthier » arrive au port de Matane en 2015

L’arrivée du tout nouveau traversier « F.-A.-Gauthier », à la gare maritime. Photo : Romain Pelletier

Le 18 avril 2015, après 17 jours de navigation à partir de l’Italie, le nouveau navire traversier de la traverse Matane-Côte-Nord, le « F.-A.-Gauthier », arrive au port de Matane.

Beaucoup de gens sont sur place autant au port que sur les berges pour admirer le tout nouveau traversier qui a accosté peu avant 10 h.

Il remplacera le « NM Camille-Marcoux » dont la configuration ne répondra plus aux nouvelles normes de stabilité de Transports Canada en vigueur à compter du 1er janvier 2016.

Construit au coût de 148 millions $ au chantier italien Fincantieri, ce navire devrait accueillir ses premiers passagers en juillet. D’ici là, le personnel de la traverse complétera l’ensemble des préparatifs nécessaire à sa mise en service.

La traversée, sensiblement de même durée qu’avant, sera, dit-on, plus dynamique et agréable grâce à l’aménagement convivial des divers services offerts qui invitent à la découverte : bistro, boutique, cafétéria, bar, salle de jeux pour enfants, salle de réunion, salon des camionneurs, sans oublier les salons de passagers avec vue panoramique de même qu’une section abritée sur un des ponts extérieurs.

Il accueillera annuellement 180 000 passagers et 85 000 voitures pour la traversée entre Matane et la Côte-Nord. Chaque traversée pourra contenir 33 % de passagers de plus, soit  un total de 800 passagers, et 50 % de véhicules de plus, soit 180 véhicules.

Autres éphémérides

Le 18 avril 1681, Mathieu Damours obtient la permission de se rendre à Matane pour y faire la pêche et la chasse, mais elle est assortie de la défense de traiter ou d’échanger des marchandises avec les autochtones et de commercer avec eux.

Le 18 avril 1690, l’intérêt de Charles D’Amours de Louviers, pour l’exploitation des pêcheries à la rivière Matane, incite le seigneur Mathieu Damours à lui concéder un fief sur la seigneurie, c’est-à-dire une cession d’une demi-lieue de front et une lieue et demie de profondeur. La cession est faite. «… à perpétuité aux mesme titres de fief et seigneurie haute moyenne et basse justice pesche chasse et traite au devant et dans toute l’étendue de la dite présente concession, mesme dans le Bassin et Rivière susdits de Matane… »

Le 18 avril 1905, Elzéar Ross termine comme maître de poste du bureau de Ruisseau-à-Sem. Il l’était depuis le 1er août 1903.

Le 18 avril 1928, l’abbé Georges-David Jean devient curé de Baie-des-Sables jusqu’en 1949.

Le 18 avril 1940, lancement de la goélette « Comté Matane », une grosse goélette à fond plat de 90 pieds du capitaine Raoul Castonguay (1905 à 1954). Il en avait entrepris la construction dans la baie de la rivière Matane. Le chantier de construction était dirigé par Michel Tremblay, un maître-charpentier de navire, venant de Petite-Rivière-Saint-François. Tout le bois nécessaire à la construction avait été acheté auprès d’habitants récemment installés dans les villages de Saint-Thomas et de Saint-Jean-de-Cherbourg. Après avoir navigué sur le fleuve depuis Kingston, la goélette devient la « Roden D », en 1956 en passant aux mains du capitaine Wilson Leblanc de Lévis. Rebaptisée « Monica L. » en avril 1959, propriété du capitaine Léopold Anctil de Kamouraska. De 1961 à 1964, elle devient la vedette de la série télévisée « Rue de l’Anse » tournée par Radio-Canada au village de Les Méchins. Elle porte alors le nom de « Gentille ». Dernière saison de navigation au printemps 1976. Elle a fini ses jours le 1er octobre 1977 à Kamouraska. Reconnue bien culturel en 1979. Démolie en 1990.

La goélette « Comté Matane ». Archives Société d’histoire et généalogie de Matane

Le 18 avril 1946, la Ville de Matane adopte le règlement numéro 193 pour décréter à sens unique les rues Saint-Pierre en direction de la gare et Soucy en direction de l’avenue Saint-Jérôme.

Le 18 avril 1954, Joseph Bélanger cesse d’être le maître de poste du bureau de Petit-Matane. Il l’était depuis le 17 juillet 1936.

Le 18 avril 1958, la Ville de Matane accorde le contrat 1958-1959 pour l’enlèvement des vidanges à Yvan Gauthier. Il reçoit 11 600 $, soit 600 $ de plus que l’an passé alors que le contrat avait été donné à ce même entrepreneur.

Le 18 avril 1958, le journal « La Voix gaspésienne » publie une pleine page de publicité pour la compagnie Retone établie depuis 1949. Cette buanderie offre les services de lavage, repassage, nettoyage  et pressage.Elle est devenue la plus importante du genre dans la région. Dix-neuf employés expérimentés, six camions couvrant le territoire Matane et Gaspé-Nord, soit de Mont-Joli à Murdochville.

Le 18 avril 1975, la Ville de Matane délivre un permis partiel pour les fondations du centre commercial Les Galeries du Vieux-Port. Les plans officiels de l’immeuble n’étaient pas arrivés. L’architecte, Laurent Vernette, l’ingénieur, Claude St-Hilaire et le contremaître, Paul Tremblay, ont été ses collaborateurs.

Le 18 avril 1984, la brasserie Labatt innove avec une bouteille de bière de 341 ml, dont la capsule dévissable, s’enlève en un tour de main.

La publicité de la brasserie Labatt. Archives Société d’histoire et généalogie de Matane – Fonds La Voix gaspésienne

Le 18 avril 1984, des hommes-sandwiches présentent Le Crématographe de Matane. Ce cinéma administré par la future radio communautaire de Matane propose plusieurs films de toutes provenances, au petit audito du Cégep. Le premier à l’être : « Au clair de la lune » du réalisateur québécois André Forcier.

Les hommes-sandwiches du Crématographe sur l’avenue Saint-Jérôme. Photo : Romain Pelletier

Le 18 avril 1984, le cégep de Matane annonce la nomination de Jean-Pierre Clermont au poste de directeur des services pédagogiques.

Le 18 avril 1990, le 36e concours de Miss Matane aura lieu le 26 mai à la polyvalente. Quatre candidates convoitent le titre en vendant des billes et en organisant des activités pour promouvoir leur candidature. La régente Lise Fortin Fortin les présente. Il s’agit de Marie-Anne Rioux, Kathy Dion, Linda Poitras et Christiane Collin. En 1989, les Filles d’Isabelle ont donné 9 000 $ à divers organismes du milieu et cela grâce aux profite de la loterie.

Le 18 avril 1997, Québecor achète les 12 journaux et magazines publiés dans l’Est du Québec par le Groupe de presse Bellavance de Rimouski. Ce sont « Progrès-Écho Dimanche », « Le Riverain », « Le Journal Chaleur », « L’Avant-Poste », « Vision », « Transgaspésien », « Le Rimouskois», « Le Havre », « Le Courrier de Trois-Pistoles » (anciennement l’« Hebdo Réveil »), « Le Pharillon », « Businest » et « Bas-Saint-Laurent ». Ces hebdos régionaux ont un tirage hebdomadaire d’environ 146 000 copies.

Le 18 avril 1997, les organisateurs de la première Expo-Printemps sont ravis de participation des exposants et de l’achalandage au Centre sportif Alain-Côté. Edgard Marquis, Marcel Tremblay, Jocelyn Martel et René Poulin du Groupe plein air chasse et pêche de Matane compteront quelque 2 000 entrées payantes, principalement samedi et dimanche.

L’Expo-Printemps dans le module 1. Photo : Romain Pelletier

Le 18 avril 2005, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, Pierre Corbeil et le président du conseil provisoire du Centre canadien de valorisation du diamant, Emery Béland, inaugurent les nouveaux locaux du Centre au 3e étage de l’Édifice Sirois, au centre-ville de Matane. Ce qui est un étage plus haut que la nouvelle usine de coupe de diamants de la compagnie Diarough. Cette inauguration s’est faite en présence d’une soixantaine d’invités dans le cadre du lancement de la l4e Semaine minière du Québec qui se déroule sous le thème « Choisir les mines, c’est brûlant!… ». Selon Emery Béland, le développement du secteur diamantaire s’effectuera dans un horizon de moyen à long terme.

Le 18 avril 2006, l’Association du cancer de l’Est du Québec (ACEQ) annonce qu’elle attend 250 personnes au premier souper « Tous unis, direction la vie ». Chacune déboursera 50 $ pour cette activité de financement qui se tiendra le samedi l0 juin, à la salle de bal du Riôtel Matane. L’objectif de cette activité de financement est de 8 000 $.

Le 18 avril 2007, faute d’exposants en nombre suffisant, l’Expo-Printemps n’aura pas lieu comme à chaque année à la fin avril dans les deux modules du Centre sportif Alain-Côté.

Le 18 avril 2010, Pierre Fortin du Dépanneur du Lac fait un pas de plus pour la protection de l’environnement en investissant quelque 300 000 $ pour installer un réservoir à essence de 55 000 litres à la fine pointe de la technologie, changer les deux pompes et ériger un toit-abri. Le commerce.emploie un peu plus d’une vingtaine d’employés à temps complet et à temps partiel.

Le 18 avril 2011, moins d’une centaine de personnes, dont cinq étudiants, assistent au débat public dans le puits du hall d’entrée du Cégep de Matane, en vue des élections fédérales. Quatre candidats participent à l’événement : Louis Drainville (Parti vert), Jean-François Fortin (Bloc québécois), Nancy Charest (Parti libéral) et Allen Cormier (Parti conservateur). La candidate du NPD, Joanie Boulet, a refusé l’invitation.

Le débat électoral fédéral se déroule dans le puits du hall du Cégep. Photo : Romain Pelletier

Le 18 avril 2012, Construction CEG de Matane s’attend à compléter pour la mi-août ses deux résidences privées de 48 places destinées aux étudiants du Cégep de Matane. En construction depuis deux semaines au coût d’environ 2 millions de dollars, les bâtiments de trois étages sont érigés près du chemin menant à la maison d’enseignement.

Les travailleurs s’affairent à la construction des immeubles de six appartements de quatre chambres. Photo : Romain Pelletier

Le 18 avril 2013, le Centre local de développement (CLD) de La Matanie tient la troisième édition du Rendez-vous d’affaires du tourisme au Riôtel Matane. Destiné avant tout à réunir les acteurs touristiques de la région, il propose entre autres un dîner-conférence avec Pascale Charest, directrice ACCORD récréotourisme, qualité et formation.

Le 18 avril 2013, environ 2 500 t-shirts blancs « Sors de la capuche » ont été distribués dans les écoles de la Matanie pour cette Journée en blanc contre l’intimidation. À Petit-Matane, les élèves ont réalisé un smiley (binette), cette émoticône qui présente un visage stylisé avec le caractère deux-points pour les yeux, un tiret pour le nez et une parenthèse pour la bouche.

Les élèves de l’école Saint-Victor de Petit-Matane présentant leur émoticône. Photo : Romain Pelletier