Éphémérides du 1er juillet : place au Festival Gaspésien 1972

Lors de l'expo-Elle, l’animatrice Armande Desrosiers s'entretient notamment avec Georgette Pelletier et la reine Jeannine Desrosiers. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane - Collection Serge Payeur

Le 1er juillet 1972, première journée du Festival Gaspésien avec Alban Arsenault comme président du comité organisateur. Se déroule jusqu’au 15 juillet.

Un texte du journal La Voix gaspésienne présentant le Festival Gaspésien en juin 1972. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane

À Boomestival, Ginette Fournier est élue la Belle Gaspésienne lors de la soirée du Bal de Coton Gailuron. Elle mérite un téléviseur couleur Electrohome ainsi qu’un chèque de 100 $ remis par le maire Roger Dion. Les trois autres duchesses obtiennent 25 $ et un billet pour un repas gratuit à La Huche.

Lors de l’expo-Elle, l’animatrice Armande Desrosiers s’entretient notamment avec Georgette Pelletier et la reine Jeannine Desrosiers.

La programmation du Festival gaspésien en 1972 publié dans le journal La Voix gaspésienne. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane

Autres éphémérides

Le 1er juillet 1845, création de la municipalité de Saint-Jérôme. Elle couvre un territoire assez vaste, puisqu’elle regroupe, outre la seigneurie, les cantons de Matane, Saint-Denis, Tessier, Cherbourg, Romieu et Dalibaire. L’accroissement progressif de la population et la création de nouveaux villages voient la nécessité de diviser la municipalité de Saint-Jérôme.

Le 1er juillet 1867, à l’occasion de la proclamation de la Confédération canadienne, l’évêque de Rimouski, Mgr Jean Langevin, ordonne qu’une grand-messe solennelle soit chantée dans toutes les paroisses du diocèse.

Le 1er juillet 1867, 0. A. Lamontagne est le maître du bureau de poste Dalibaire. Il le demeurera jusqu’en 1879. Le bureau changera de nom pour Les Méchins le 9 août 1938.

Le 1er juillet 1882, Herménégilde Gagnon est maître de poste à Sainte-Félicité jusqu’au 29 septembre 1896. Le bureau est ouvert depuis le 1er novembre 1864,

Le 1er juillet 1884, premier bureau de poste à Saint-Luc chez Noël Fortin. Il en était le maître de poste et se rendait chercher le courrier deux fois par semaine à Matane. Il le demeura jusqu’au 28 novembre 1896. Change de nom pour Saint-Luc-de-Matane le 1er mai 1897. Fermeture indéterminée.

Le 1er juillet 1913, ouverture du bureau de poste Saint-Ulric-Station. Mme Charles Roy s’en est occupé jusqu’au 17 août 1915. Changement de nom pour celui de Saint-Ulric le 1er novembre 1921.

Le 1er juillet 1915, vente pour 1 025 $ comptant de la terre de Pichedeck (Petchedetz) à Hildebert Lapierre.

Le 1er juillet 1917, naufrage du bateau Singapore à Matane.

Le 1er juillet 1917, route du 5 au 6 à Saint-Adelme. Verbalisation de la route de la Coulée du rang 5 au rang 6, Canton Saint-Denis. Par Alexis Harrisson, secrétaire Philippe Bélanger, maire. Accepté à la séance du 13 août 1917.

Le 1er juillet 1924, le voiturier J.-Hermas Grégoire termine comme commissaire à la corporation scolaire du village de Matane. En poste depuis le 4 juillet 1921.

Le 1er juillet 1927, bénédiction de nouvelle chapelle des Soeurs du Bon-Pasteur.

Le 1er juillet 1936, le dirigeable allemand Hindenburg, le plus grand jamais construit avec une longueur de 246 m, survole Rimouski en rte vers le New Jersey.

Le 1er juillet 1971, fermeture de la paroisse de Saint-Thomas-de-Cherbourg.

Le 1er juillet 1975, Matane souhaite une cordiale bienvenue aux dames des directeurs et des chefs de police et pompiers de la province de Québec. Le fait qu’elles reviennent pour une seconde fois, flatte beaucoup les organisateurs.

Le 1er juillet 1983, fermeture du bureau de poste de Petit-Matane ouvert le 1er mai 1877.

Le 1er juillet 1984, mise en vigueur de la Loi des terres publiques agricoles (loi no 49), d’après le notaire Hermann Saint-Amant.

Le 1er juillet 1994, Canadelle (au début Dominion Corset et Créations Daisy Fresh)ferme temporairement son usine sur l’avenue Saint-Jérôme, en face de la caserne des pompiers. Elle l’avait inauguré en septembre 1968. En janvier 1967, elle occupait un local au deuxième étage de la maison William. Fermeture définitive en février 1996.

Le 1er juillet 2000, avec la mise en application de la loi 18 est adoptée par le Gouvernement du Québec, l’école n’est plus confessionnelle et ce n’est plus son mandat de transmettre la foi aux jeunes. Les paroisses devront donc prendre entièrement en charge la formation à la vie chrétienne des jeunes. En 1984, les paroisses avaient repris en charge la catéchèse préparatoire aux sacrements qui se donnait à l’école.

Le 1er juillet 2016, premier des trois jours du rassemblement de l’Association des Normand d’Amérique à Sainte-Félicité.