Éphémérides du 24 juin : bénédiction en 1962 du N.-A.-Comeau, premier traversier entre Matane et Baie-Comeau

Des milliers de personnes avaient accueilli le traversier le N.A. Comeau, le 12 juin 1962 vers 17 h. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane - Collection La Voix gaspésienne

Le 28 juin 1962, à Matane, plusieurs centaines de personnes assistent à la bénédiction du bateau traversier N.-A. Comeau, construit en Écosse au coût de 800 000 $. Il est arrivé depuis le 12 juin.

Les cérémonies du dimanche ont été favorisées par un temps superbe depuis la bénédiction à 14 h 30 jusqu’à l’heure du souper à l’Hôtel Belle Plage.

Le chanoine Théoule Desrosiers a officié la bénédiction en compagnie du chanoine Victor Côté. Peu après, les invités se sont réunis sur le pont du navire. Le maître de cérémonie, Me Charles-B. Quimper, a présenté le président de la Traverse, F.-A. Gauthier, qui a été salué comme le « père du N.-A. Comeau ». Ont ensuite pris la parole le député de Matapédia-Matane, Alfred Bantille et le député de la Chasse et des Pêcheries, Gérard-D. Lévesque. Ce dernier a rendu un hommage au député du comté, Philippe Castonguay, qui a secondé les efforts des actionnaires de la compagnie.

En hommage à un pionnier de la Côte-Nord 

Le nom de N.A. Comeau lui est donné, en hommage à Napoléon-Alexandre Comeau, un pionnier de la Côte-Nord. Il s’agit du premier navire de la compagnie de navigation La Traverse Matane-Godbout, créée en 1959. L’origine du projet remonte à 1956 lorsque Victor St-Louis défend ce projet.

Dès le mois d’octobre, la compagnie se voit octroyer un permis pour le transport de voyageurs, de marchandises et de véhicules.

Débute alors la construction aux chantiers maritimes George Brown Limited de Greenock, en Écosse, d’un navire de 188 pieds de long, d’une jauge de 1400 tonnes et pouvant accueillir 100 passagers et 38 automobiles.

La création de la Traverse Matane- Godbout allait favoriser et développer le service de traversiers tel qu’on le connaît actuellement entre Matane – Baie-Comeau et Godbout sur la Côte-Nord.

Le navire a été vendu en 1977 à la compagnie Northern Cruiser, de Terre-Neuve.

Le premier navire de La Traverse Matane-Godbout : le N.-A. Comeau, au port de Matane. Archives Société d’histoire et de généalogie de Matane – Collection La Voix gaspésienne

Autres éphémérides

Le 24 juin 1899, nomination de Joseph-François-Adelme Lavoie pour succéder à l’abbé Louis Arpin à la cure de Sainte-Félicité. Il sera appuyé par son vicaire, Alexandre Bouillon, nommé le 5 septembre.

Le 24 juin 1904, le Dr A. Bergeron prévoit s’installer à Matane. Ce sera le 3e médecin.

Le 24 juin 1924, naissance à Québec de Jean Bienvenue qui deviendra député libéral dans Matane le 5 juin 1966 et réélu en 1970. En poste jusqu’en 1973. A entre autres contribué au déblocage du projet du bateau traversier brise-glace Matane-Godbout (le futur Camille-Marcoux).

Le 24 juin 1926, naufrage du bateau Canadian Planter à Matane.

Le 24 juin 1927, succès de la Fête de Saint-Jean-Baptiste qui attire une foule considérable.

Le 24 juin 1931, l’abbé Wilfrid Huard est nommé vicaire auprès de Joseph-Alphonse D’Amours, curé à Sainte-Félicité.

Le 24 juin 1936, enquête du coroner par G.-A. Joubert de Priceville sur la mort du cultivateur Jean-Baptiste Gagnon de Petit-Matane à la suite d’un coup de poing à la tête par Ed. Simard.

Le 24 juin 1940, nomination par Mgr Georges Courchesne du premier curé à Saint-Thomas-de-Cherbourg : Camille Lachance (1904 à 1994).

Le 24 juin 1948, fête de la Saint-Jean-Baptiste : 17 chars allégoriques, messe en plein air. Foule de 15 000 personnes.

Le 24 juin 1949, 14 800 personnes à la fête du Sacré-Coeur. Procession des flambeaux et messe de minuit chantée dans le parc près de l’église Saint-Jérôme.

Le 24 juin 1958, quelques changements ont été apportés dans le décoration du choeur avant la consécration de l’église Saint-Jérôme par Mgr Charles-Eugène Parent, archevêque de Rimouski. Les toiles de Martial que plusieurs paroissiens aimaient plus ou moins et Mgr Théodule Desrosiers, pas du tout, ont été enlevées. Un revêtement de marbre fut posé sur les murs du choeur et 15 mosaïques représentant des symboles utilisés dans l’imagerie religieuse y ont été intégrées dans la partie supérieure. Ce nouveau décor, pas plus que l’ancien, ne fait l’unanimité avec le résultat qu’un grand nombre souhaite que le conseil de fabrique continue d’étudier la possibilité de replacer quelque part dans l’église les fresques de valeur religieuse et artistique du peintre Lucien Martial réalisées en 1934. La chaire et la table de communion en bois ont été remplacées par d’autres en marbre de style s’harmonisant à l’architecture de l’église. L’orgue fut transporté au jubé arrière.

Le 24 juin 1965, première journée du 2e Festival Gaspésien avec Jean-Yves Pelletier comme président du comité organisateur. Ss déroule jusqu’au 4 juillet. Sous la direction du Père Antonin Lamarche, le gala est à grand déploiement avec 150 figurants et huit décors. L’Harmonie de Matane jouera un rôle important de même que le Choeur de Matane. Le chorégraphe est Maurice Lacasse Morénoff. Le thème principal : l’histoire de la Gaspésie à partir des guerres indiennes pour arriver au temps présent.

Le 24 juin 1971, premier jour du Festival de la crevette avec Alban Arsenault comme président. Se déroule jusqu’au 27 juin.

Le 24 juin 1975, début du Symposium de sculptures de la Galerie d’art de Matane (GAM) au Parc des îles. Sept sculpteurs dont une sculptrice sont retenus : Lisette Lemieux, Roland Dinel, Delphis Bélanger, André Geoffroy, Albin Courtois, Jean Bélanger et Jacques Huet. La GAM avait d’abord sélectionné 20 maquettes pour lesquelles le public a voté.

Le 24 juin 1976, spectacle de Michel Fugain et son Big Bazar devant 3 000 spectateurs au Centre sportif lors du Festival de la crevette. Seul spectacle dans l’Est du Québec.

Le 24 juin 1984, ouverture officielle du Centre d’art Le Barachois.

Le 24 juin 1984, plantation de la croix de Jacques Cartier.

Le 24 juin 2012, conférence de l’historien Louis Blanchette sur la vocation maritime de Matane à l’époque du vieux port de Matane.