Fermeture des jeux dans les écoles du CSSMM| Le Protecteur national de l’élève rectifie les faits

Image d'illustration par Depositphotos

Le Protecteur national de l’élève n’est pas en accord avec les faits récemment rapportés par le Centre de services scolaire des Monts-et-Marées (CSSMM) qui justifiait sa décision d’interdire l’accès à certains jeux de la cour d’école par des recommandations de la protectrice régionale de l’élève.

Selon le Protecteur national de l’élève, le CSSMM a diffusé de fausses informations aux parents, car la protectrice régionale de l’élève des propos n’a pas recommandé de fermetures de jeux.

Dans un communiqué en date du 2 février dernier, le Centre de services scolaire des Monts-et-Marées (CSSMM) indiquait que la protectrice régionale de l’élève, saisie par une plainte de parents, a recommandé la fermeture des glissoires, balançoires et barres suspendues durant tout l’hiver.

Lire aussi – À la recherche d’alternatives après la fermeture des structures de jeux dans les cours d’écoles de la région

Une interdiction qui n’a pas plu aux parents qui ont été jusqu’à lancer une pétition, et qui ne plait pas non plus au Protecteur national de l’élève qui tient à rendre publiques les Conclusions récemment formulées.

Dans un document remis le 12 décembre 2023 à la direction générale du Centre de services scolaire, la protectrice régionale a conclu que les mesures de prévention et les pratiques identifiées par le Centre de services scolaire étaient raisonnables et aucune recommandation n’a donc été formulée à l’égard de la fermeture des modules de jeux.

La protectrice a même souligné la mise en place d’un outil d’aide à la décision à l’intention des directions d’école qui leur permettait de prévoir la fermeture de certains jeux dépendamment des conditions météo.

« Elle a d’ailleurs précisé que cette approche -moins drastique- était dans l’intérêt des élèves et de leur développement physique et social », défend le Protecteur national de l’élève.

Le communiqué de presse du Protecteur national de l’élève conclut que « les recommandations formulées au CSSMM par la protectrice régionale de l’élève visaient plutôt à bonifier les pratiques de consignation, au moyen de registres, aussi bien à l’égard de l’installation, l’inspection, l’entretien et la réparation de chacun des modules de jeu des écoles du CSSMM qu’à celui des incidents pouvant survenir. »

Notons d’ailleurs que la Société canadienne de pédiatrie a récemment publié de nouvelles directives, encourageant les enfants à se livrer à des « jeux risqués », qui seraient, selon les spécialistes, bénéfiques pour le développement des enfants.