La station de ski Mont-Castor citée comme site patrimonial

Crédit photo : Arsenal Media

La Ville de Matane a annoncé la citation de la station de ski du Mont-Castor comme bien patrimonial, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel du gouvernement québécois.

En le classant de bien patrimonial, la ville rend hommage à cette infrastructure qui est une partie prenante de l’histoire et de la culture de la Ville de Matane. Selon le conseil municipal de la ville, la protection et la conservation de la station de ski est d’intérêt public.

En effet, la station de ski du Mont-Castor est en activité continue depuis 1947, ce qui fait d’elle la première station de ski encore en activité dans l’Est-du-Québec. Elle est fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Roger Desjardins, Arthur Fradette et un groupe d’amis d’époque. Plusieurs personnalités importantes de l’histoire matanaise ont d’ailleurs assuré sa destinée au fil des ans, dont des pionniers de l’aviation civile comme Elspeth Burnett et Gérard (Gerry) Burnett.

Le chalet actuel de la station de ski a été originellement construit en 1961, où des corvées organisées ont servi à monter les fondations et le toit, ainsi que le reste du chalet par deux ouvriers à temps plein et quelques bénévoles au travail pendant plusieurs mois. Le chalet était prêt pour accueillir les skieurs à l’arrivée de l’hiver 1961.

En 1976, sa superficie fut haussée à la suite d’un agrandissement sur trois planchers, alors que la structure initiale s’étendait sur deux étages. Le bâtiment a été construit et agrandi selon le style de la maison québécoise à deux versants droits et à lucarnes-pignons, mais avec une touche d’influence scandinave des chalets alpins.

« Ce programme du ministère de la Culture et des Communications permet de financer les travaux d’établissements considérés comme patrimoniaux par les municipalités. Ces bâtiments doivent être d’un certain âge, comme la station de ski, construite avant 1970. La vieille partie du chalet de la station Mont-Castor a été construite il y a plus de 75 ans, et des travaux importants doivent être effectués. On aura donc accès à des subventions intéressantes pour sa préservation », explique le maire de Matane, Jérôme Landry.

Ainsi, la Ville de Matane est tenue de prendre les mesures nécessaires pour assurer la préservation de la valeur patrimoniale de ce bien historique. « Nous sommes très contents. Le bâtiment manque un petit peu d’amour, on le sait, et il manque de place », se réjouit Annie Joncas, directrice du centre de ski.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="19163" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]