Lancement d’un projet de recherche visant à maximiser le maintien à domicile de nos aînés

photo TCABSL

C’est lundi matin lors d’un point de presse virtuel que le CISSS du Bas-Saint-Laurent en partenariat avec l’Université du Québec à Rimouski, la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent, la Table régionale des élu(e) s du Bas-Saint-Laurent, du bureau du député Harold Lebel ainsi que du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent annonçaient la mise en place d’un vaste projet de recherche ayant pour objectif de documenter et favoriser le maintien des aînés dans leur communauté.

Concrètement, un comité directeur assurera la concrétisation de cette démarche qui s’étirera sur un an. Grâce au soutien financier de la Fondation Mirella et Lino Saputo, deux agentes de recherche en innovation sociale sont sur le terrain afin de dresser un portrait réaliste à travers le territoire, de l’offre de service et des meilleures pratiques d’ici et d’ailleurs favorisant le maintien à domicile des aînés. À la fin de cette étape, une vaste programmation de recherche et de transformation des services sera proposée pour la période 2022-2026 avec différents projets qui seront adaptés et mis en œuvre à l’ensemble des communautés rurales.

photo courtoisie

Selon des données de la statistique du Québec diffusées en novembre 2020, une personne sur quatre au Bas-Saint-Laurent est âgée de plus de 65 ans, soit 25,9%. Ce qui en fait l’une des régions les plus âgées de la province. D’ailleurs, cette proportion risque d’augmenter à 36% En 2041. Selon la présidente-directrice générale du CISSS, Isabelle Malo, les conditions actuelles sur le territoire offre l’opportunité unique d’étudier les initiatives qui ont été développées dans nos communautés pour favoriser la qualité de vie et le maintien de nos aînés dans leur milieu de vie respectif.

Toujours selon elle, il s’agit d’un projet phare échelonné sur cinq ans qui servira à d’autres régions du Québec. Même si le réseau de la santé et des services sociaux fait une partie du travail, c’est avec l’ensemble des partenaires, intervenants, organismes communautaires ainsi que les municipalités et communautés qui font une réelle différence et a pour effet de diminuer les inégalités sociales.

 « Les conditions démographiques qui prévalent au Bas-Saint-Laurent offrent une occasion unique d’étudier les initiatives qui ont été développées dans nos communautés pour favoriser la qualité de vie et le maintien des aînés dans leur milieu. présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Courtoisie CISSS du Bas-Saint-Laurent

Pour Michel Lagacé, président de la TREMBSL, le fait que la recherche s’intéresse plus particulièrement au milieu rural est extrêmement porteur pour le Bas-Saint-Laurent. « Sur les 114 municipalités que compte la région, 48 ont moins de 500 résidents », explique-t-il. « Et les aînés contribuent largement à la vitalité, à la richesse et au dynamisme de ces communautés.