Le périple de 200 km en vélo d’Alain Simard pour une bonne cause

Le propriétaire franchisé du A&W de Matane et de Rimouski, Alain Simard, a relevé le défi vendredi 24 juillet d’un voyage de 200 kilomètres en vélo de Matane à Rimouski, aller-retour, afin d’amasser des sous pour la recherche sur le cancer dans le cadre du Défi Vélo Plein Air de l’Association du cancer de l’Est du Québec.

Il y a un mois, une des cousines de M. Simard est décédée du cancer alors qu’elle n’avait que 55 ans. « Le cancer touche plusieurs personnes près de moi, explique-t-il. Je crois beaucoup à la recherche. En amassant de l’argent pour cette cause, je pense vraiment que ce financement donne de la motivation et des ressources aux gens qui peuvent pousser la recherche plus loin et qui travaillent activement à offrir une meilleure vie à ceux qui en sont atteints. »

Le vendredi 24 juillet, Alain Simard était donc prêt à faire son périple entre Matane et Rimouski, d’une distance de 200 kilomètres. Il l’a complété d’un trait, en 7 heures : 4 heures pour se rendre à Rimouski, « avec le vent dans le visage », ajoute Simard, et 3 heures pour revenir. Comme il entreprend cette route au moins 4 à 5 fois par semaine, il s’était préparé un jour à la faire en vélo. De Rimouski à Matane, il n’avait jamais fait l’aller-retour complet.

M. Simard annonce la fin de son défi avec succès. Source : Page Facebook d’Alain Simard.

En 2020, c’est dans le cadre de Ton Défi Vélo Plein Air qu’Alain Simard s’est lancé en périple. « À cause de la COVID-19, il était possible de le faire de manière individuelle. Comme la fin de semaine officielle du Défi ne fonctionnait pas avec moi, je me suis donc trouvé un moment qui m’arrangeait. » Pour l’Association du Cancer de l’Est-du-Québec (ACEQ), il a réussi à amasser 2 600 dollars, bien plus que son objectif financier initial de 1 500 dollars.

« Quand je peux faire du vélo pour le cancer ou la sclérose en plaques, je le fais. Surtout, les gens sont toujours très généreux et m’encouragent tout le temps, j’aime ça », lance Alain Simard. Selon lui, des proches qui décèdent près de nous, ça donne une bonne motivation pour pédaler. « Ça me permet de faire ce que j’aime pour une bonne cause, en joignant l’utile à l’agréable. Le but premier reste d’amasser de l’argent! »

L’année prochaine, il prévoit retenter l’expérience, mais en accomplissant le tour de la Gaspésie en 8 jours pour financer la recherche de sclérose en plaques avec un groupe d’une dizaine de personnes. Déjà, une rencontre est prévue dans un peu plus de deux semaines afin de discuter de ce futur défi et des volets sécurité, logement ou nourriture accompagnant un tel voyage. 

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="17939" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]