Les gens de Matane ont démontré leur intérêt pour la protection des Chic-Chocs

Courtoisie Caroline Vukovic

Rejoint par téléphone mardi, Catherine Berger, chargée de projet pour la campagne « Protégeons nos Chic-Chocs » se réjouissait de la présence de près de 200 personnes, familles, parents et enfants présents dans le stationnement de l’école polyvalente samedi dernier pour la projection du court-métrage « L’écho des Chic-Chocs ».

D’entrée de jeu, elle a tenu à souligner le respect de la distanciation des gens présents et de leur profond attachement à cet immense territoire qui doit être protégé pour les générations à venir. Le film réalisé par Robert Mercier rassemble de nombreux témoignages montrant le vaste support pour la création d’une aire protégée dans ce secteur.

Deux conférences étaient aussi du programme, celle du biologiste et professeur de l’Université du Québec à Rimouski, Martin-Hugues St-Laurent et l’autre du réalisateur et guide de montagne, Jacques Bouffard.

Selon madame Berger, la prochaine étape consistera à regrouper les forces du territoire afin de demander que les Chic-Chocs et les six autres territoires d’intérêt qui ont été ciblés au Bas-Saint-Laurent pour la création d’aires protégées soient intégrés au 17% que le gouvernement du Québec s’est engagé à protéger.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="19404" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]