Passage en zone rouge foncé pour les MRC de l’ouest, le Dr Leduc amène des précisions

Dr Sylvain Leduc, directeur régional de la santé publique

Au lendemain de l’annonce du passage en zone rouge foncé pour certaines MRC situées à l’ouest du territoire, le directeur régional de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc tenait un point de presse vendredi matin afin de revenir sur les nouvelles mesures annoncées par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.   

Rappelant que la situation épidémiologique nécessite un effort supplémentaire de la part de l’ensemble des résidents du Bas-Saint-Laurent, monsieur Leduc est revenu sur l’importance de respecter les mesures en place et d’éviter tout rassemblement social, familial et autre.

Confronté à une hausse phénoménale de cas dans les derniers jours, il a expliqué toutes les incidences de ces cas additionnels sur le réseau de la santé avec l’augmentation des éclosions et par conséquent des hospitalisations, ce qui fait en sorte d’augmenter la surcharge pour les employés du réseau de la santé et d’affaiblir l’offre de services hospitaliers en provoquant les proportions de délestage auprès de la clientèle.

Le docteur Leduc a aussi expliqué la décision de morceler le territoire, suivant les recommandations de la santé publique. Dans les derniers jours, les secteurs de Rimouski-Neigette et de Rivière-du-Loup ont été touchés par des hausses de cas de COVID-19. C’est pourquoi pour les MRC de Rivière-du-Loup, Témiscouata, Les Basques et Rimouski-Neigette, les mesures spéciales d’urgence entreront en vigueur dès minuit vendredi soir pour une période indéterminée. Rappelons que seules les MRC de La Mitis, de La Matapédia et de La Matanie demeurent au palier rouge.

En terminant, le Dr Leduc souhaite qu’avec ces nouvelles restrictions, le coup de barre donné permette d’abaisser la courbe et de stopper la propagation du virus à travers le territoire bas-laurentien. Il a tenu à remercier tous ceux et celles qui respectent les règles depuis le début de la crise et rappelle qu’avec la poursuite de la campagne de vaccination, une sortie est envisageable, mais qu’il ne faut pas baisser notre garde.