Tournée industrielle de Pascal Bérubé, un premier arrêt à Les Méchins au chantier Verreault Navigation

Le député Pascal Bérubé amorçait sa tournée industrielle à Les Méchins au cours des derniers jours. (Photo Courtoisie)

Le député péquiste Pascal Bérubé a entamé au cours des derniers jours une grande tournée industrielle des employeurs de sa circonscription afin de mieux connaître leurs besoins, leurs attentes et discuter de nombreux enjeux concernant le plan de relance économique.

Celui-ci s’est rendu le 2 septembre dernier aux installations du chantier maritime Verreault Navigation de Les Méchins ou il a pu échanger avec Serge Desrosiers, Vice-président des opérations, Rayna Beaupré, Vice-présidente exécutive et Bruno Fortin, Directeur des opérations de l’entreprise spécialisée en réparations et transformations navales.

Photo Courtoisie

Au cours des dix dernières années, l’entreprise a énormément investi afin d’améliorer les installations en place, dont l’élargissement de la cale sèche permettant d’accueillir davantage de contrats de réparation, d’entretien ou de modifications de divers types de navires, vraquiers ou barges. L’élargissement est complété à 184 pieds actuellement, les travaux à venir concernent l’installation d’une nouvelle porte d’accès à la cale sèche qui fera la pleine largeur de la cale. En plus de permettre une meilleure circulation des navires, cela donnera aussi l’occasion d’accueillir de plus gros bateaux. Une demande d’aide financière auprès du Gouvernement du Québec sera déposée éventuellement selon monsieur Bérubé.

Le député a aussi pu apprendre que la direction du chantier de Les Méchins souhaite conclure une entente éventuelle avec Transport Canada pour l’acquisition du quai. Enfin, Il a également échanger avec eux sur les enjeux de pénurie de main-d’œuvre qui est toujours un défi majeur en lien avec le développement futur de l’entreprise.

Selon le député de Matane-Matapédia, parmi les aides accordées par le Gouvernement du Québec au fil des ans, les plus imposantes ont été celles de 1982 et de 1997 alors que le Parti Québécois était au pouvoir.