Un concours de dessin à la craie réussi par le Comité centre-ville

Au premier plan, un participant et l'organisatrice Mathilde Lévesque du Comité centre-ville de Matane. Crédit photo : Arsenal Media (Claudie Arseneault)

Un grand concours de dessin à la craie a pris place au Parc des îles hier en après-midi grâce au Comité centre-ville de Matane. Au total, la piste cyclable s’est embellie de neuf dessins pour se transformer en une oeuvre de craie géante.

Près des des jeux d’eau sur la piste asphaltée, tous les artistes matanais ont été invités à partager leur talent en dessin. Chaque participant s’est fait décerner une section de la piste cyclable et un paquet de craies lui fut prêté. Sans compter que cinq prix d’un valeur totale de 100 $ ont été tirés au hasard parmi les artistes, proposant des crayons, bonbons ou des bons-cadeaux pour le Cinéma Gaieté.

Originellement prévu le 19 juillet, l’événement a été reporté deux fois pour cause de mauvaise température. « Comme l’événement a été reporté deux fois, je n’étais certaine [du nombre de personnes présentes]. J’ai eu peur que les gens avaient oublié, mais finalement il y a quand même beaucoup de monde qui est venu », se réjouit Mathilde Lévesque, l’organisatrice de l’événement, qui est aussi chargée de projets pour le Comité centre-ville de Matane.

« Je suis super contente. Ça s’est bien passé », dit-elle. Mme Lévesque espérait avoir sept personnes au minimum, mais après avoir reporté deux fois, ses attentes se sont réduites à cinq. « Finalement on était pas mal plus, et des groupes sont venus. Et même des gens de la plage qui ne savaient pas qu’il y avait cet événement nous ont rejoints. »

« On a attendu deux semaines pour cette journée, qui a dû être reportée à cause de la pluie », ont raconté deux participantes à l’événement et gagnantes d’une certificat-cadeau au cinéma. « C’est vraiment une belle initiative. On aime le dessin alors on en a profité! »

En plus de vouloir mettre l’art en avant à Matane, le Comité centre-ville espérait mettre davantage de couleurs dans la ville, en essayant toutefois d’éviter les rassemblements. « En faisant des espèces de dessins avec des familles éparpillées, il y a moyen de faire un événement tout en respectant les mesures sanitaires », a ajouté Mathilde Lévesque.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="18098" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]