Une grève générale illimitée débute dans les garderies familiales de la Matanie

Les 35 responsables confirmés d’un service de garde en milieu familial dispersés à travers la MRC de La Matanie sont en grève générale illimitée à partir d’aujourd’hui, confirme le Bureau coordonnateur CPE de Matane.

« Notre directrice s’attendait à recevoir plein d’appels de parents ce matin, mais nous en n’avons reçu aucun de la journée », explique Marie-Hélène Michaud, agente de conformité au Bureau coordonnateur CPE de Matane. « Rien n’est certain toutefois, des parents pourraient très bien nous appeler si la grève s’éternise pendant plusieurs jours. »

En effet, ces 35 responsables en milieu familial représentent la garde d’environ 230 enfants. Plus d’un parent compte sur ces responsables pour garder leur enfant, alors que les garderies et les centres de la petite enfance sont pleins à craquer à Matane.

Les éducateurs familiaux ont choisi ce moyen de pression pour accélérer le processus de négociation entre la Fédération des intervenantes de la petit enfance (FIPEQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et le ministère de la Famille concernant leurs conditions de travail, en commençant avec leurs salaires.

En effet, le salaire est le centre du litige opposant le gouvernement et les responsables de garderie, accompagnés de l’organisation syndicale qui les représente. Les responsables de garde en milieu familial demandent une équité de paie avec les travailleurs des centres de la petite enfance (CPE).

Leurs collègues en CPE gagnent un taux horaire nettement supérieur à le leur, alors que ces éducateurs familiaux sont payés environ 12,42 $ de l’heure, soit un montant inférieur au salaire minimum, qui est de 13,10 $ de l’heure depuis le mois de mai dernier.

Cette grève générale illimitée se finira uniquement lorsqu’un terrain d’entente sera déterminé entre les deux parties, le ministère de la Famille et la FIPEQ, et qu’une résolution des négociations sera enclenchée. Ces négociations se poursuivent depuis plus de 18 mois, et des grèves tournantes étaient organisées depuis le début du mois de septembre.

« On souhaite un salaire décent pour nos responsables en services éducatifs. La dernière offre du Ministère a été de 12,83 $/h, et nous ce qu’on demande, c’est un 16,75 $/h, l’équivalent du salaire d’une éducatrice en CPE à l’échelon un », explique Kathy Côté, présidente de l’Alliance des intervenantes en milieu familial du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="19577" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]