Une session d’automne incertaine au Cégep de Matane

Toujours en contexte de pandémie, le Cégep de Matane se prépare tranquillement pour la session d’automne. Alors que plus de 40 % des étudiants viennent de l’extérieur, ils attendent les prochains développements et les annonces des gouvernements.

Les programmes seront tous offerts à l’automne, sauf deux programmes qui ont dû être abandonnées à cause de la difficulté à recruter suffisamment d’étudiants : la technique d’aménagement et le préuniversitaire arts, lettres et communications. Pour les autres programmes, certains cours seront donnés à distance et d’autres en présentiel, qui sont principalement imposés aux étudiants de programmes techniques. En effet, on parle ici de cours très pratiques, ayant l’obligation de compléter des laboratoires pour réussir le programme. 

Néanmoins, tout se déroulera naturellement dans le respect des réglementations et directives de la santé publique. Que trois programmes techniques seront offerts complètement à distance : la technique en informatique, le programme de tourisme et les cours en photographie, mais à l’heure du Québec. 

Pour l’instant, les frontières canadiennes restent fermées, avec l’interdiction d’entrée au Canada prolongée jusqu’au 31 juillet. Alors que plus de 40 % des étudiants du Cégep de Matane vient de l’extérieur, cette nouvelle ne fut pas célébrée par son administration. Si les frontières rouvrent à temps, les étudiants devront se trouver un permis d’études et se mettre en quarantaine pendant 14 jours, tout ça avant le 24 août, date du début de la session.

Malgré ces problématiques, le Cégep de Matane n’a pas observé de diminution d’inscriptions, mais plutôt une croissance du nombre des demandes pour la session d’automne. « Nous avons même effectué un sondage auprès des étudiants français pour connaître leurs intentions et nous avons été positivement surpris de leur réaction », explique Brigitte Lavoie, coordonnatrice des communications. « Les étudiants souhaitent mettre à terme leurs études au Cégep. Et si ce n’est pas possible cette année, la plupart étaient prêts à reporter leur session d’un an. »

Même si une grande proportion de leurs étudiants est étrangère, Mme Lavoie conclut que le Cégep demeure très optimiste que les frontières vont rouvrir. « On continue de travailler avec les étudiants, en les soutenant pour qu’ils puissent au moins commencer la session avec nous. » 

Pendant ce temps, le député de Bonaventure et porte-parole du Parti Québécois en matière d’enseignement supérieur, Sylvain Roy, demande à la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, de donner rapidement des garanties à la communauté étudiante collégiale et universitaire concernant la session d’automne. Au Cégep de Matane, ils pensent laisser le temps à la nouvelle ministre d’entrer en fonction et de prendre possession de ses nouveaux dossiers.

[ajax_load_more single_post="true" single_post_id="17185" single_post_order="previous" single_post_target="#post-wrapper" post_type="post" pause_override="true"]